Deux anciens ambassadeurs ont indiqué que le Canada ferait l’objet de mesures commerciales concernant le bois d’œuvre et de pressions pour augmenter l’investissement en matière de défense nationale quel que soit le résultat de l’élection présidentielle du 8 novembre.  Par contre, Gary Doer, ancien ambassadeur canadien aux États-Unis, et Gordon Giffin, ancien ambassadeur des É.-U. au Canada, ont souligné qu’un rapprochement des valeurs et des objectifs canadiens et américains faciliterait la transition vers le nouveau gouvernement.

Avant leur intervention, Colin Robertson, vice-président du Canadian Global Affairs Institute, a donné un aperçu des élections américaines et du rapport Canada-É.-U. devant l’auditoire composé de députés, de diplomates, de membres du personnel politique, de journalistes, et de dirigeants et d’étudiants de l’Université Carleton.

Les deux anciens ambassadeurs ont discuté du commerce, de l’énergie et l’environnement, de défense nationale et de gestion du rapport avec les É.-U. au cours d’une table ronde animée par  Maureen Boyd, directrice du Programme de participation parlementaire et diplomatique de l’Université Carleton.

Meredith Lilly, Ph.D. et titulaire de la chaire Simon Reisman en affaires internationales, a donné le discours de clôture. Mme Lilly, ancienne conseillère en matière d’affaires étrangères auprès du premier ministre Stephen Harper, a affirmé que le Canada devait absolument cultiver des alliances tant avec les Républicains qu’avec les Démocrates afin d’assurer un soutien bipartite pour les enjeux qui touchent le Canada.

La table ronde a été organisée avec le soutien de James Maloney, député et président du Comité permanent des ressources naturelles; Randy Hoback, député et porte-parole de l’Opposition officielle en matière de relations Canada-États-Unis; et Hélène Laverdière, députée et porte-parole du NPD en matière d’affaires étrangères.

Galerie de photo :

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *