Biographie

L’honorable Landon Pearson a toujours dit qu’en investissant dans les soins et l’éducation des

Pearson grandchildren

enfants, on investissait dans notre bien-être à tous, dans notre avenir. Mariée à un diplomate canadien, Mme Pearson a été appelée à relever le défi d’élever cinq enfants dans cinq pays très différents : le Canada, la France, le Mexique, l’Inde et l’Union soviétique. Sa vie publique, qui était faite entièrement de bénévolat jusqu’à sa nomination récente au Sénat, est remplie d’activités qui montrent sa volonté d’améliorer le bien-être des enfants.

En 1974, la sénatrice Pearson a fondé, en collaboration, le programme Children Learning for Living, un programme de prévention axé sur la santé mentale des enfants administré pendant 23 ans par le Conseil scolaire d’Ottawa jusqu’en 1998. Elle a oeuvré à titre de commissaire d’école tant au Canada qu’en Inde et a participé à des programmes communautaires comme les crèches mobiles pour les enfants de mères qui travaillent, un service de garde à l’intention des enfants des ouvriers nomades de la construction de New Delhi et de Bombay. Elle a aussi contribué de façon importante à nous faire mieux comprendre le développement des enfants par ses écrits, entre autres par son livreChildren of Glasnost, qui explique en profondeur la vie des enfants en Union soviétique et les changements qui se produisent à mesure que s’ouvre la société russe. Un deuxième livre intitulé Letters from Moscowfut publié en 2003.

L’une de ses réalisations les plus remarquables est sans doute le travail qu’elle a effectué en 1979 à titre de vice-présidente de la Commission canadienne pour l’année internationale de l’enfant et de rédactrice en chef du rapport de cette commission qui s’intitule Pour les enfants du Canada : Programme national d’action. Depuis, on a donné suite à bon nombre des recommandations de ce rapport, comme l’accroissement de l’aide financière pour les refuges pour femmes battues et leurs enfants, l’établissement de programmes qui permettent aux mères célibataires de poursuivre leurs études, l’adoption de mesures législatives pour redonner aux femmes autochtones qui ont épousé des non-autochtones les droits normalement conférés aux autochtones, la modification de la Loi de l’impôt sur le revenu pour permettre aux parents de déduire une plus grande partie des frais de garde et l’adoption d’une mesure législative pour exiger des dispositions de retenue des sièges d’enfant, dans les automobiles.

L’honorable Landon Pearson est vice-présidente du Centre for Studies of Children at Risk de l’Université McMaster et membre du conseil d’administration de la Fondation canadienne de pédiatrie. De 1984 à 1990, elle a assumé la présidence du Conseil canadien de l’enfance et de la jeunesse. Elle a été membre fondateur et présidente de la Coalition canadienne des droits de l’enfance entre 1989-1994, a représenté les organisations non gouvernementales canadiennes au Sommet mondial pour les enfants, en 1990, a été vice-présidente duChild, Youth and Family Policy Research Centre et membre du conseil consultatif de l’Institut canadien des recherches avancées. Elle a été déléguée à la Quatrième conférence mondiale des femmes qui s’est déroulée à Beijing en septembre 1995, déléguée canadienne au Premier Congrès mondial sur l’exploitation sexuelle des enfants à des fins commerciales qui a lieu à Stockholm au mois d’août 1996, et chef de délégation canadienne suppléant à la Conférence internationale sur le travail des enfants à Oslo en octobre 1997; coprésidente du Sommet international des jeunes exploités sexuellement : Sortir de l’ombre tenu à Victoria (Colombie-Britannique) en mars 1998; et coprésidente de Comité mixte spécial sur la garde et le droit de visite des enfants qui a rédigé le rapport intitulé Par l’amour des enfants, 1998.

En mai 1996, la sénatrice Pearson a été nommée Conseillère auprès du Ministre des affaires étrangères pour les droits des enfants. Elle le conseille régulièrement en politique étrangère et sur l’orientation du Canada face à sa jeunesse. De plus, elle intervient en ce qui a trait à l’incidence de cette orientation sur les engagements de notre pays en matière d’engagements internationaux, en particulier, la Convention relative aux droits de l’enfant. En  juin 1999, elle a été nommé Représentante personnelle du premier ministre Jean Chrétien à la session extraordinaire de l’Assemblée générale de l’ONU sur les enfants de 2002.

Elle a été félicitée pour son travail exceptionnel pour la cause des enfants par la société Centraide d’Ottawa-Carleton et a reçu le prix Bénévolat Canada ainsi que le prix pour activités humanitaires Norma V. Bowen de la Fondation de psychologie de l’Ontario.

Mme Pearson a obtenu un baccalauréat en philosophie et en anglais de l’Université de Toronto en 1951, une maîtrise en psychopédagogie de l’Université d’Ottawa en 1978, un doctorat honorifique en droit de l’Université Wilfrid Laurier en mai 1995, un doctorat honorifique en droit de l’Université de Victoria en novembre 2001, un doctorat d’Université (D.U.) de l’Université d’Ottawa en juin 2002 et un doctorat honorifique en droit de l’Université Carleton en juin 2003 pour son oeuvre eu égard les droits des enfants.

La sénatrice Pearson et son mari ont cinq enfants et onze petits-enfants.